Agenda
Transit
du 23 mai au 29 juin 2019
Marathon des mots
Le samedi 29 juin 2019 à 11 h
Horaires et contact
La Gazette
Vivre à PechabouTalents d'ici A Raunet Rondreux Imprimer cette page Google+ Facebook
 

A Raunet Rondreux

 Antoine Raunet-Rondreux :

C'est à 15 ans, dans la bibliothèque du collège, qu'Antoine Raunet-Rondreux trouve sa vocation : les prospectus de l'armée de mer l'ont convaincu - il sera marin...

C’est à 15 ans, dans la bibliothèque du collège, qu’Antoine Raunet-Rondreux trouve sa vocation. Les prospectus de l’armée de mer l’ont convaincu : il sera marin. Il entre donc à l’école des mousses, à Brest, et décide de se spécialiser : il devient infirmier, puis infirmier-anesthésiste et passera plus de la moitié de sa carrière dans les sous-marins.  En 2001, il est  nommé  responsable  de  la polyclinique de l’unité militaire à Dakar. Il arrive donc au Sénégal avec femme et enfants, et  s’investit auprès de la population locale : en dehors de son travail au sein de l’unité militaire, Antoine intervient au dispensaire local et à l’hôpital de Dakar. « J’ ai passé 3 ans de bonheur, se souvient-il. Le Sénégal est un pays magnifique et j’y ai gardé beaucoup d’amis. »


Décoré de l’ordre du mérite sénégalais


Le 26 septembre 2002, le Joola, qui assurait la liaison maritime entre Dakar et la Casamance, s’échoue au large des côtes de Gambie. Antoine fait partie des premiers arrivés sur place pour porter secours aux naufragés. « Malheureusement, il n’y avait plus personne à sauver...» raconte-t-il. Près de 2000 personnes ont trouvé la mort dans ce naufrage : avec seulement 64 rescapés, le Joola fit plus de victimes que le Titanic. Son action sur le terrain vaudra à Antoine d’être décoré par le Président Abdoulaye Wade de l’ordre du mérite sénégalais.
En 2003, Antoine arrive au terme de sa carrière militaire, non sans regret : « Si on me le demandait, je repartirais demain ! Mon uniforme n’a jamais quitté le cintre de mon placard.» Après 24 ans de service, il quitte la Marine. Une séparation qui ne durera pas très longtemps...


La Marine, toujours !


En 2007, Antoine s’installe à Pechabou et c’est à l’hôpital de Rangueil qu’il exerce désormais son métier d’infirmier-anesthésiste et sa nouvelle spécialité « d’hyperbarriste » : dans ce cadre, il prend en charge les victimes d’intoxications au monoxyde de carbone ou d’accidents de plongée. Il se lance alors un  nouveau défi : passer le concours qui le consacrera « cadre de santé » et lui permettra de diriger une équipe d’infirmiers. Car l’encadrement, Antoine connaît : depuis 2007, en plus de son travail, il intervient au sein du centre de Préparation Militaire Marine (PMM) de Toulouse : d’abord en tant qu’instructeur, puis, depuis 2012, comme chef de centre.
« Chaque année, nous faisons découvrir la Marine à une cinquantaine de jeunes de 16 à 21 ans, explique Antoine. Nous leur en enseignons tous les aspects : l’école du soldat, la navigation, mais aussi l’esprit d’équipe, la cohésion et le respect. Nous fonctionnons comme une petite unité de la Marine et nous participons à des cérémonies de mémoire ». C’est dans ce cadre que, le 16 février dernier, Antoine et ses stagiaires de la PMM participaient à l’inauguration du monument du Souvenir de Pechabou : merci encore à cet homme disponible et toujours prêt à donner de son temps.

 

Médiathèque
■ Actualité
■ Club lecture
■ Atelier d'écriture
■ Animations
■ Café des parents

■ Horaires
■ Contactez-nous
En un clic
● Associations
● Publications
● La Lorgnette
● Carte interactive
● Revue de presse
Pratique
● Paiement en ligne
● Vos démarches
● Urgences & défibrillateurs
● Marchés publics
               
cosix