Agenda
Transit
du 23 mai au 29 juin 2019
Marathon des mots
Le samedi 29 juin 2019 à 11 h
Horaires et contact
La Gazette
Vivre à PechabouTalents d'ici GiseleBordat Imprimer cette page Google+ Facebook
 

GiseleBordat

Gisèle Bordat

Dans le théâtre, la salle bourdonne. Bruissement de la scène derrière le rideau rouge qui bouge, témoin de quelque chose qui se prépare, derrière. Il va bientôt se lever et laisser le public découvrir le décor, les comédiens,  les costumes, les couleurs, la vie. Devant la scène, il y a Gisèle Bordat qui s’affaire et tout à côté d’elle, comme toujours,  il y a son fils, Marc...

Dans le théâtre, la salle bourdonne. Bruissement de la scène derrière le rideau rouge qui bouge, témoin de quelque chose qui se prépare, derrière. Il va bientôt se lever et laisser le public découvrir le décor, les comédiens,  les costumes, les couleurs, la vie. Devant la scène, il y a Gisèle Bordat qui s’affaire et tout à côté d’elle, comme toujours,  il y a son fils, Marc. Tous deux attendent que les trois coups résonnent et l’instant magique qui suit. Quand il arrivera, c’est son travail de plusieurs mois qu’elle verra d’un coup d’un seul prendre corps et vie devant elle, car ce spectacle, elle l’a conçu, elle l’a porté jusqu’à cet instant, jusqu’à ce qu’il voie le jour le soir de la première … Côté jardin et côté cour disent les comédiens…


Côté jardin, pour Gisèle Bordat, c’est le théâtre. Plus précisément, c’est son Théâtre en Plain Chant, né de sa volonté en 1989, lorsque dissidente de la troupe  Fugue, elle s’installe à Pechabou. En plain-chant, en référence au chant à l’unisson grégorien, où chaque voix a la même valeur et n’a de sens que dans «le tout » qui est le groupe, à un poème de Cocteau qu’elle aime tant et en référence enfin au paysage des alentours de sa maison sur la colline…
C’est elle qui dirige la troupe et met en scène les pièces, souvent choisies dans un répertoire peu joué, et écrites par de grands auteurs français et étrangers.
« Avant d’arrêter mon choix sur la pièce que je vais proposer à la troupe, je lis beaucoup. Pour notre prochain spectacle, Le roi se meurt de Ionesco,  j’ai lu plus de 40 pièces avant d’en trouver une susceptible de plaire, de correspondre au nombre d’acteurs hommes et femmes, à leur âge, leur style… Pour moi, il est essentiel que la pièce proposée les séduise et fasse l’unanimité, car ensuite, bien évidemment, la qualité du spectacle en dépend et nous sommes une troupe d’amateurs très exigeants… Le secret de longévité de la troupe, c’est l’amour que nous portons tous au théâtre. C’est aussi l’esprit « de famille» qui y règne car je veille à ce qu’il n’y ait pas de « vedette» donc pas de rivalité, les premiers rôles tournent. Il faut qu’il y ait une unité entre tous pour qu’il y ait une unité dans la qualité ».


Cette passion du théâtre, Gisèle l’a depuis  longtemps. Passionnée d’écriture, de littérature, elle fut professeur de Lettres pendant quelques années jusqu’à ce terrible jour où les médecins diagnostiquent le handicap de son fils, Marc. Sa vie bascule alors. Abandonnant sa carrière, elle décide de se consacrer pleinement à son éducation et plus tard à celle de ses deux autres enfants. Pour autant bien sûr,  elle ne perd pas le goût de la lecture et c’est vers le théâtre qu’elle se tournera naturellement lorsque les enfants, plus tard, quitteront le nid. Elle suit alors une formation de « metteur en scène » pendant 3 ans et se lance dans l’aventure avec sa propre troupe.
Une représentation théâtrale, c’est certes une pièce qu’il faut monter, des comédiens qu’il faut mener mais c’est aussi des décors,  des costumes qu’il faut créer et là encore c’est Gisèle qui conçoit et réalise tout cela.  Elle imagine, taille, coupe, coud les habits de lumière des comédiens.


«  Je lis en couleur ! aime à dire Gisèle en souriant. Lorsque je lis une pièce, je vois déjà le décor, les costumes, il ne reste plus qu’à les réaliser, ce que je fais...Du moins en ce qui concerne les costumes, car les décors me posent toujours un problème… et je fais appel à tout bricoleur de bonne volonté qui aurait envie de venir rejoindre la troupe en tant que décorateur…
J’ai vécu mes dix premières années à Hanoï. Mon père était photographe militaire, il avait été missionné en Indochine, comme on disait à l’époque et ma mère, alors couturière et première d’atelier chez Lanvin à Paris, l’avait suivi. Elle avait monté une  maison de couture à Hanoï et j’ai dans ma tête le souvenir, lointain et pourtant d’une netteté absolue, de ces couturières travaillant consciencieusement les étoffes précieuses, magnifiques et colorées dont l’Asie a le secret…
A la mort de ma mère, nous sommes rentrés en France mon père et moi, dans ce pays froid que je ne connaissais pas. Mon père est mort l’année suivante et je me suis retrouvée seule au monde à 12 ans. J’ai alors été interne au Lycée Victor Duruy à Paris et j’y suis restée jusqu’au bac et j’ai ensuite vécu dans une maison d’étudiantes jusqu’à ‘à la fin de mes études.
J’ai gardé de ma mère ce goût pour la création artistique et de mon père le goût pour la littérature, la rigueur et l’exigence aussi. Je crois que ce sont ces atouts qui m’ont permis de tenir le coup et de me construire solidement. L’envers de la médaille c’est peut-être mes élèves, mes comédiens qui pourraient en parler… je suis, je crois, parfois un peu sévère et un tantinet pointilleuse… dit-elle avec un sourire malicieux, je suis une perfectionniste…».


Côté cour, pour Gisèle Bordat c’est son fils Marc, son fils handicapé depuis la naissance.
C’est son combat depuis le premier jour, un combat qu’elle a mené main dans la main et tout au long de sa vie avec Henri son mari, un combat qu’elle continue seule aujourd’hui puisque Henri n’est plus là, mais avec toujours autant de force. Ce combat, elle l’a mené jour après jour en œuvrant pour que son fils acquière petit à petit l’autonomie nécessaire pour pouvoir un jour vivre seul.
Ce pari, elle l’a gagné en s’investissant corps et âme, à force de temps, d’attention, d’espoir et surtout, surtout, d’amour. De petites réussites en grandes victoires, Marc s’est vu progresser et grandir dans le regard de sa mère. Elle a réussi à construire pour lui un projet de vie réaliste en tenant compte des limites objectives imposées par son handicap. Ce projet, Marc a pu le réaliser et même si aujourd’hui son handicap s’est alourdi et qu’il l’empêche de pouvoir vivre seul, il a pu le faire pendant quelques années, en ayant un travail et un logement à lui.
« Élever un enfant handicapé est une tâche parfois  difficile,  mais j’aimerais que l’on sache que c’est aussi une tâche magnifique, car le lien affectif qui relie à un enfant handicapé, plus dépendant et vulnérable qu’un autre, à ses parents, est un lien particulièrement intense, un lien immense, un amour merveilleux et partagé qui dure toute une vie. »
Dans le vocabulaire théâtral, le côté cour est à droite de la scène, depuis la salle, par opposition au côté jardin, à gauche  Ces expressions permettent au metteur en scène et aux comédiens de communiquer plus facilement que s’ils parlaient des côtés gauche et droit, variables selon l’orientation du locuteur. Le moyen le plus connu pour savoir situer le jardin et la cour consiste pour les acteurs à se remémorer la formule côté cour, côté cœur en regardant la salle, le cœur étant situé à gauche…

 

 

 

Médiathèque
■ Actualité
■ Club lecture
■ Atelier d'écriture
■ Animations
■ Café des parents

■ Horaires
■ Contactez-nous
En un clic
● Associations
● Publications
● La Lorgnette
● Carte interactive
● Revue de presse
Pratique
● Paiement en ligne
● Vos démarches
● Urgences & défibrillateurs
● Marchés publics
               
cosix