Agenda
Spectacle humoristique - Les p’tits laids
Le samedi 16 décembre
Groupe de parole pour les "aidants familiaux"
Le mardi 28 novembre
Comment la parole... {histoires de lecteurs}
Le vendredi 10 novembre
Horaires et contact
La Gazette
Urbanisme et environnementCadre de vieTalus et espaces verts Imprimer cette page Google+ Facebook
 

Talus et espaces verts

 Gestion des espaces verts municipaux
Traitement des bords de route - réseau départemental

 

« Zéro pesticide » depuis le 1er janvier 2017


La loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte interdit à partir du 1er janvier 2017 l’usage des produits phytosanitaires par les collectivités locales et leurs établissements publics pour l’entretien des espaces verts, mais également des promenades ouvertes au public, des forêts et des voiries. Voilà la nouvelle donne.

 

Il s’agit d’une mesure de santé publique, et Pechabou n’échappe pas à la règle. Les agents des espaces verts sont directement concernés. Les méthodes de travail doivent radicalement changer. Dès lors, le rêve des allées parfaites, où l’espérance de vie des « mauvaises herbes » était plus courte que le jour un 21 décembre, appartient probablement au passé. Si elle a existé, la perfection ne sera probablement plus de ce monde…

 

« L’aspect des paysages urbains sera

forcément plus "sauvage" »

 

Les espaces sembleront forcément moins bien entretenus. L’aspect des paysages urbains sera forcément plus « sauvage » avec notamment davantage d’herbes en bord de voiries ou au pied des arbres. Aussi, le nettoyage de son devant de porte, l’arrachage des mauvaises herbes sur les trottoirs devant chez soi contribueront plus qu’avant à l’esthétique et au sentiment de propreté de nos artères.

C’est probablement le prix à payer pour protéger nos proches ou les agents techniques de l’usage de ces produits reconnus comme dangereux (à des degrés différents selon une classification). Ils peuvent en effet contaminer l’écosystème et avoir un impact sur l’organisme humain, certains étant reconnus comme cancérigènes ou perturbateurs endocriniens.

Néanmoins, les « mauvaises herbes » ne s’en sortiront pas toujours. Les produits de traitement biologique qualifiés à faible risque ou dont l’usage est autorisé dans le cadre de l’agriculture biologique, peuvent être utilisés et en avoir raison. Il s’agit de produits de « biocontrôle » (ensemble de méthodes de protection des cultures basées sur le recours à des organismes vivants ou des substances naturelles).

Pourront également être utilisés les appareils thermiques, coûteux et chronophages à l’échelle d’une commune, mais réalistes pour des interventions localisées. Il existe également les solutions à la vapeur, solutions coûteuses à l’achat, compatibles avec de petites surfaces, mais irréalistes au-delà.

 

Une année de tâtonnements pour les agents des espaces verts ?

Cette année sera difficile car elle exigera de profondes mutations dans les habitudes de travail des agents techniques dédiésaux espaces verts. Ils devront s'adapter à de nouvelles solutions et pratiques, et seront confrontés à des mises en oeuvre inhabituelles et quasiment sans retour d’expérience, que cela soit au niveau communal ou extérieur. Les retours terrains des agents sur l’efficacité des produits de substitution ou sur les nouvelles solutions constitueront probablement les nouvelles bases de travail. Ils devront aussi faire face à l’appréciation de leur travail par les administrés peu conscients de la difficulté de la tâche. Chacun doit comprendre que notre village sera un peu plus « vert » qu’avant.

.

Le saviez-vous ?

Les agents municipaux plantent 1200 fleurs en hiver et 900 en été et tondent régulièrement quelque 11 hectares de mars à septembre.

Quid des particuliers ?

L’usage des produits phytosanitaires leur est permis jusqu’au 31 décembre 2018. À partir du 1er janvier 2019, la commercialisation et la détention de produits phytosanitaires à usage non professionnel seront interdites. Les jardiniers amateurs sont prévenus.

Dès le 1er janvier 2017, ces produits ne seront plus en libre-service dans les rayons, et ne seront accessibles aux clients qu’après délivrance d’un conseil personnalisé dispensé par un personnel formé. Pour faire simple, il faudra faire appel à un vendeur qui vous exposera les conditions d’utilisation, de dosage, de protection…

Les recettes de grands-mères vont revenir à la mode pour le malheur des « mauvaises herbes ».

Quelques conseils…

• Augmentez la hauteur de tonte à 6-8 cm, vous limiterez notamment les plantes à feuilles larges et épargnerez les nombreux insectes utiles au jardinier.

• Votre pelouse est envahie de trèfles. Le sol manque d’azote. Le compost, le fumier granulé ou de l’engrais organique en auront raison.

…Et une mise en garde :

Les produits biologiques et naturels sont moins dangereux pour l’environnement mais ne sont pas pour autant toujours inoffensifs pour l’homme ou ses amis animaux et doivent être employés et manipulés avec précaution.

 

 

Produire son désherbant 100 % naturel à base d’eau, de vinaigre et de sel

Il existe une ribambelle d’alternatives bio et écologiques aux produits chimiques. Des préparations que nous pouvons concocter nous-mêmes avec des ingrédients que l’on utilise au quotidien et donc bon marché. C’est par exemple le cas du vinaigre blanc. Du fait de sa grande acidité, le vinaigre peut influencer la fertilité du sol. C’est pourquoi il faut le diluer dans de l’eau salée. Plus précisément, la recette et le dosage idéal sont :

• 5 litres d’eau,

• 1 kilo de sel iodé,

• 200 ml de vinaigre blanc.

Arrosez de ce mélange les mauvaises herbes, laissez agir et lorsque la végétation commencera à jaunir et à faner, il vous suffira de l’arracher.

D’aucuns opposeront ici que le sel, même s’il est naturel, stérilise le sol. C’est vrai, mais pas si vous l’utilisez avec parcimonie sur des petites surfaces, par temps chaud (la pluie risquant de le faire ruisseler plus loin).

 

 

Fauchage et gestion raisonnée des bords de route 


En 2010, le Conseil Général de la Haute-Garonne se lançait dans une politique d’entretien des dépendances vertes routières plus respectueuse de l'environnement : fauchage raisonné, réduction de l’utilisation des pesticides... Le fauchage plus tardif, combiné au relèvement de la hauteur de coupe, a permis de contrôler durablement la végétation et favorise la biodiversité végétale et animale.
Au-delà de ces aspects environnementaux, ces nouvelles pratiques induisent des économies substantielles (réduction d’usure des outils de coupe, de la consommation de carburant, diminution des incidents liés aux projections, etc.).
Le Conseil général rappelle que l’entretien des haies privatives incombe aux propriétaires.

Le débroussaillage " complet " des talus n’est réalisé que tous les 2 à 3 ans selon la nature et la densité de la végétation, ainsi que l’environnement immédiat (rase campagne ou périurbain).

Par ailleurs, le Conseil Général poursuit sa démarche de réduction de l’utilisation des pesticides et favorise la mise en oeuvre de méthodes alternatives au désherbage chimique. Ainsi, de 6 000 litres environ en 2007, la consommation de ces produits est tombée à moins de 30 litres en 2014.

Calendrier de la campagne de fauchage raisonné

Le traitement des talus se fait en 3 temps :

Première intervention : en mai, sur l'ensemble du réseau routier :
fauchage de l'accotement sur une largeur de rotor et des zones nécessitant un dégagement de visiblilité
Deuxième intervention, en juin et juillet :
fauchage de l'accotement et des zones nécessitant éventuellement un dégagement de visibilité, fauchage du revers des fossés et fauchage du talus sur une largeur de rotor si les accotements sont inférieurs ou égaux à 1m et en l'absence de fossé
Troisième intervention d'octobre à fin janvier :
démarrage à la mi-octobre, une fois le cycle naturel des espèces végétales et animales accompli; fauchage de l'accotement, des revers des fossés et des talus en déblai sur une largeur de rotor; réalisation de rotors supplémentaires sur les talus uniquement pour des dégaments de visiblilité.

Médiathèque
■ Actualité
■ Club lecture
■ Atelier d'écriture
■ Animations
■ Café des parents

■ Horaires
■ Contactez-nous
En un clic
● Associations
● Publications
● La Lorgnette
● Carte interactive
● Revue de presse
Pratique
● Paiement en ligne
● Vos démarches
● Urgences & défibrillateurs
● Marchés publics
               
cosix